• itstheroxycherry

Interview Philippe Vignon, directeur de Genève Tourisme


Récompensée trois fois lors des World Travel Awards, ville internationale et dynamique, Genève est sans aucun doute un passage obligé lors d’une excursion touristique en Europe.

Nous avons rencontré Philippe Vignon, directeur de Genève Tourisme qui exprime avec enthousiasme le développement touristique de Genève et comment La Nuit de l’Hôtellerie en fait partie intégrante.

Monsieur Vignon, parlez-nous de Genève Tourisme, ses activités et challenges ?

Nous sommes l’organisme opérationnel ou l’agence de communication de Genève. Notre métier est de valoriser les atouts de Genève, ce qui existe déjà et ce qui doit être mis en place. Les missions de Genève Tourisme sont de plusieurs ordres: la promotion de la destination à l’étranger, valoriser le tourisme de congrès, favoriser le tourisme de loisirs, notamment grâce à une mise en place d’une stratégie de développement digitale, et accueillir les visiteurs à notre Tourism Information Center (330’000 visiteurs par année). Nous avons également des Tourism Angels, qui sont des étudiants que nous engageons pour aller renseigner les touristes dans différents points de la ville et interagir avec eux sur les réseaux sociaux par exemple. Et pour finir, la mise en oeuvre des Fêtes de Genève qui est un événement d’importance cantonale également considéré comme touristique. Il faut que les Genevois soient fiers de leur ville ! Une légende urbaine dit qu’à Genève, il n’y a rien à faire. C’est entièrement faux !

Genève vient de gagner le trophée de la catégorie “Europe’s Leading City Break Destination 2017” lors des World Travel Awards (WTA). A quoi pensez-vous que cela est dû ? En quoi Genève se démarque des autres villes et attire de nombreux visiteurs ?

On compte une centaine de villes touristiques en Europe aujourd’hui. La notoriété de Genève est incroyable ! C’est une destination dont les atouts sont différenciés suivant les segments que l’on travaille. Les attentes d’un touriste chinois qui vient pour la première fois en Europe ne sont pas les mêmes qu’un couple de londoniens qui est déjà venu plusieurs fois ici. Nous n’allons pas nous adresser à eux de la même manière.

Prenons comme exemple de segment, un groupe d’amies voyageant entre elles. Afin de combler leurs attentes, nous avons créé un guide, le City Girls Guide, qui met en avant certains types de shopping ou des bars spécifiques, que nous n’allons pas mettre en avant pour un client russe ou américain par exemple.

Les atouts de Genève, c’est tout ce qui est lié à Genève international, tout ce qui est lié à des éléments de Swissitude, comme: la qualité de vie, l’emplacement géographique qui est absolument unique, la concentration de population étrangère, la gastronomie, la culture. Il y a donc un ensemble très complet d’activités qui peuvent être faites. La difficulté est plutôt de travailler sur les atouts et les faire émerger. Les atouts spécifiques en fonction des cibles que l’on travaille.

Comment ont évoluées les habitudes de consommation des touristes au cours de ces dernières années ?

Le tourisme, c’est la seule industrie qui est en croissance constante depuis la Seconde Guerre Mondiale. Dans les années 50, il y avait une trentaine de villes touristiques en Europe, aujourd’hui il y a en a environ 150, si ce n’est plus. Il y a une concurrence qui est juste féroce pour avoir des parts de marché, sur le tourisme de congrès mais aussi sur le tourisme de loisirs. La Suisse c’est un peu endormie sur ses lauriers, et c’est ça notre véritable enjeu. Il y a énormément de villes qui sont dotées d’une politique d’attractivité et qui ont amélioré leurs conditions pour rendre leur ville touristiquement attractive. C’est un élément clé !

En Suisse, il n’y a pas forcément une politique d’attractivité dans chaque ville. On sait que l’élément de shopping est un élément clé quand on fait un week-end City Break. Typiquement, dans la tête d’un touriste européen qui voyage beaucoup, les magasins sont ouverts le soir et le week-end dans une ville. Quand il découvre qu’à Genève tout est fermé le dimanche, on n’est pas vraiment dans les meilleures dispositions possibles. C’est donc un marché extrêmement concurrentiel. Aujourd’hui il y a de grands acteurs comme TripAdvisor, Booking, AirBnb ou même Uber qui ont complètement changé le mode de consommation. Ce sont des acteurs digitaux qui viennent bouleverser la façon dont la consommation touristique se fait. L’ensemble des acteurs touristiques comme les restaurants, les commerces, les hôtels, doit donc s’adapter à cette nouvelle façon de consommer.

Et comment voyez-vous l’évolution du tourisme en Suisse pour les prochaines années ?

Je pense que la croissance du tourisme va continuer à avoir lieu. Sauf qu’il y aura une fragmentation ou une concurrence de plus en plus importante. Le tourisme de ville va continuer à croître aussi. Mais nous allons avoir une fragmentation plus importante comme les Top capitales qui vont rester et ensuite les villes de “2ème catégorie” dont Genève fait partie où nous allons vraiment devoir mettre en place des leviers pour rester attractifs.

En quoi la Nuit de l’Hôtellerie est-elle un concept innovant pour les Genevois ?

La Nuit de l’Hôtellerie répond à un enjeu essentiel qui est celui de créer des ponts avec l’hôtellerie, notamment l’hôtellerie de luxe à Genève qui est encore trop méconnue. Je pense qu’il y aurait énormément à gagner à ce que les hôtels basés à Genève soient aussi plus visités. Pas forcément que pour leurs chambres, mais également pour leur restauration, pour l’offre qu’ils proposent. C’est une super initiative parce que cela permet d’ouvrir les portes d’un monde qui est surement méconnu et de montrer la richesse de l’hôtellerie genevoise.

Il faut savoir que nous avons une des concentrations d’hôtels 5 étoiles les plus élevés au monde. Et il y a des choses magnifiques à découvrir. Donc je trouve cette manifestation personnellement géniale, parce que cela contribue aussi à rendre attentif le genevois à la façon dont on peut vivre Genève quand on est un touriste.

Un hôtel qui vous fait rêver ou vous inspire, ici en Suisse ou ailleurs dans le monde ?

Je fais partie de ces consommateurs qui ne sont pas fixés sur une catégorie d’hôtel. Ce qui va me toucher ce sont les hôtels qui ont un positionnement clair et une personnalité distincte. Je peux autant aimer des hôtels de luxe pour autant qu’ils aient quelque chose de spécifique. J’aime beaucoup ce qu’on appelle dans le jargon les Boutique Hotels. En Suisse, il y a un hôtel qui a un charme fou, c’est le Giessbach. C’est un hôtel que Franz Weber avait sauvé. Il est situé sur le lac de Brienz au bout d’une péninsule, à côté d’une cascade. Il a un charme absolument incroyable !

Le mot de la fin ?

Je pense que La Nuit de l’Hôtellerie met vraiment en avant le fait que les milieux du tourisme au sens large doivent avoir la capacité de se fédérer. Et j’espère que tous les hôtels joueront le jeu, pour offrir suffisamment de chambres, car je suis convaincu que les Genevois n’attendent qu’une chose, c’est de pouvoir expérimenter eux aussi Genève comme un touriste, le temps d’une nuit.

#lanuitdelhotellerie

Genève Tourisme

Itstheroxycherry.com

#hotels #lanuitdelhotellerie #Genèvetourisme

Boulevard des Tranchées 4

1205 Genève | SUISSE

conTact@lanuitdelhotellerie.ch 

  • La Nuit de l'hotellerie - Facebook
  • La nuit de l'hôtellerie - Instagram
  • La nuit de l'hôtellerie - Linkedin

© PHOTOS : OFFICE DU TOURISME DE GENèVE ET DE MONTREUX

© 2017 La Nuit de l'hôtellerie

Réalisé par De Vous à Moi